Octroi d’une subvention de plus de 135 000 $ au Centre de recherche sur les biotechnologies marines et à Merinov, le Centre d’innovation de l’aquaculture et des pêches du Québec

QUÉBEC, le 26 août 2019 /CNW Telbec/ – Le gouvernement du Québec octroie une aide financière de plus de 70 000 $ au Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM) ainsi qu’une aide financière de plus de 65 000 $ à Merinov, le Centre d’innovation de l’aquaculture et des pêches du Québec, pour la réalisation d’un état de situation et d’une revue de littérature sur l’usage des coproduits du crabe des neiges, du homard, de la crevette nordique et du sébaste.

La ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Mme Chantal Rouleau, se réjouit de cette aide financière qui permettra de mettre à jour l’expertise scientifique afin de valoriser les coproduits de ces quatre espèces du Saint-Laurent.

Ces aides financières proviennent du Fonds bleu, qui bénéficie d’une enveloppe budgétaire de 10 millions de dollars visant à financer des initiatives structurantes dans le domaine des biotechnologies et à soutenir l’économie bleue.

Citation

« Je me réjouis de cette subvention accordée à deux organisations emblématiques de l’économie bleue québécoise. Ces études et les projets qui en découleront permettront d’exploiter pleinement une ressource du Saint-Laurent de façon responsable, soit la ressource marine. Cela aura un effet favorable sur le développement économique, social et environnemental du Québec maritime, tout en préservant sa valeur écologique et économique. »

Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal

Faits saillants 

  • L’industrie de la transformation de produits marins génère chaque saison des tonnages importants de résidus appelés aussi coproduits. La grande majorité de ces coproduits ne sont pas valorisés et sont épandus sur des terres agricoles ou envoyés à des sites d’enfouissement.
  • L’aide financière accordée au CRBM et à Merinov, le Centre d’innovation de l’aquaculture et des pêches du Québec, a pour but de faire l’inventaire et la synthèse de l’ensemble des rapports techniques et scientifiques réalisés par la communauté scientifique et industrielle sur la valorisation des coproduits du crabe des neiges, du homard, de la crevette nordique et du sébaste, soit des résidus issus d’usines de transformation du Québec.
  • Le projet s’inscrit dans les axes et actions prioritaires du Plan d’action pour l’essor de la filière québécoise des biotechnologies marines 2018-2030 du gouvernement du Québec.
    • Le Plan d’action pour l’essor de la filière québécoise des biotechnologies marines 2018-2030 a été élaboré dans le but de créer une filière intégrée, pérenne, inclusive, orientée marché et reconnue internationalement comme un modèle de valorisation et de commercialisation durable de la ressource marine. Le but est également de faire du Québec l’un des meilleurs endroits au monde où investir dans l’économie bleue.

SOURCE Cabinet de la ministre déléguée aux transports

Communiqué de presse

Deux centres de recherche rimouskois impliqués dans un projet de recherche industrielle

Deux centres de recherche de Rimouski participent à un projet de recherche  de valorisation du fleuve Saint-Laurent visant à développer des produits pour deux entreprises, la nanobrasserie gaspésienne Brett et Sauvage et InnuScience Canada.

Le Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM) et l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) travailleront sur ce projet de recherche de trois ans avec les deux entreprises. Le projet vise à mettre à la disposition de ces deux partenaires industriels de nouvelles souches de microorganismes d’origine marine, actives en eau salée et à basse température.

Les travaux consisteront en un enrichissement sélectif d’échantillons d’eau de mer et de sédiments marins pour favoriser la croissance de microorganismes. Ceux-ci seront ensuite caractérisés pour sélectionner ceux présentant un fort potentiel pour les applications commerciales visées par chacun des partenaires industriels.

L’entreprise Brett et Sauvage a pour objectif de produire des bières sans aucune levure commerciale et de mettre en marché des bières spontanées en explorant d’autres méthodes de fermentation. « On fait ces recherches afin d’isoler des levures « Brettanomyces », des bactéries lactiques et acétiques qui donneront une signature unique à notre produit. Notre première mission chez nous est d’être complètement indépendant au niveau des ferments. », précise Francis Joncas, copropriétaire de Brette et Sauvage.

Pour sa part, InnuScience, de Saint-Juile, se spécialise dans la fabrication et la commercialisation de produits biotechnologiques pour les secteurs du nettoyage professionnel et du traitement des eaux usées. « L’exploration de ses ressources microbiennes représente une opportunité inégalée qui pourrait contribuer au développement de nouvelles solutions biotechnologiques », explique le directeur général, vice-président, affaires scientifiques chez InnuScience, Steve Teasdale.

Peu exploités

La professeure de l’UQAR-ISMER, Karine Lemarchand, explique que les microorganismes actuellement exploitées par l’industrie dans les secteurs de la fermentation, du traitement des eaux et des produits nettoyants écologiques, proviennent essentiellement de milieux terrestres ou d’eau douce. « Bien que les milieux marins soient reconnus comme une source intéressante de nouvelles biomolécules actives, ces milieux restent encore peu exploités dans les secteurs des biotechnologies impliquant l’usage d’organismes microbiens vivants et actifs. »

Les chercheurs du CRBM Amine Badri et Jean-Michel Girard travailleront avec elle sur le projet, d’une valeur de 865 000 $. Il totalise un investissement de 565 000 $ provenant du Consortium de recherche et innovation en bioprocédés industriels du Québec (CRIBIQ) pour 225 000 $, du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) pour 220 000 $ ainsi qu’un financement privé total de 120 000 $ des deux partenaires industriels. À ces investissements, s’ajoute une contribution en nature d’une valeur de 300 000 $ provenant des partenaires industriels.

Source : Adeline Mantyk, Journal L’Avantage

Le CRBM annonce le lancement de la version anglaise de son site Web

Le Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM) vous informe avec fierté du lancement de la version anglaise de son site Web. La traduction du site web a été réalisé dans le but de rendre disponible le contenu de notre site à tous les canadiennes et canadiens, ce qui impliquait la possibilité de consulter notre site dans les deux langues officielles. De plus, il était souhaité d’augmenter la portée du Centre auprès des entreprises canadiennes en facilitant leur prise de contact avec les experts du CRBM grâce à un contenu bilingue.

Ainsi, grâce à un appui financier du gouvernement du Canada, par l’entremise du Patrimoine canadien, nous avons été en mesure de faire traduire en anglais le contenu de notre site Web.

Nous vous invitons à le consulter au www.crbm.ca et à y retourner régulièrement pour prendre connaissance des nouvelles les plus récentes du CRBM.