La biomasse marine du Saint-Laurent au service de la santé

29 septembre 2008

La Fondation du Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM) est heureuse de recevoir aujourd’hui un don de 50 000 $, soit le premier don de cette envergure remis par l’un des deux comités d’investissement communautaire de TELUS au Québec. La somme a été allouée à un projet de recherche visant la découverte d’extraits marins pouvant avoir un impact positif sur la santé humaine par l’évaluation de leurs propriétés anti-cancer et antibiotique.

Le but ultime du projet est de pouvoir proposer des produits pouvant mener à la prévention de certaines maladies, dont le cancer. Cet ambitieux projet régional vise par le fait même une meilleure utilisation des biomasses marines commerciales, car c’est à partir de cette ressource que les recherches sont effectuées. Une découverte dans le cadre de la recherche pourrait permettre d’ajouter de la valeur à cette industrie, si importante pour le développement économique de la région du Bas-Saint-Laurent.

« Grâce à l’appui de TELUS, des instruments à la fine pointe de la technologie et à une équipe hautement qualifiée, il est possible de tester plus de 100 extraits par semaine pour en déterminer l’activité antimicrobienne ainsi que l’activité anti cancer sur quatre lignées cellulaires cancéreuses, affirme Georges Levesque, président, Fondation du Centre de recherche sur les biotechnologies marines. Nous avons donc réussi à recréer en région une plateforme technologique que l’on voit dans les grands centres de recherche. »

Le don de TELUS a aussi favorisé un ajout important au sein de la jeune équipe de recherche en place au CRBM. Il a rendu possible l’embauche d’un jeune assistant de recherche avec expérience, natif de la région, mais qui évoluait à l’extérieur. Le retour en région de Jean-François Pinault a accéléré les recherches et il est déjà possible d’affirmer que le criblage des extraits effectué jusqu’ici offre des résultats très positifs.

« Le comité d’investissement communautaire de TELUS est très fier de contribuer au travail du Centre de recherche sur les biotechnologies marines qui, grâce à son approche technologique et aux ressources naturelles de notre région, se dédiera entre autres à la découverte de produits préventifs contre cette maladie dévastatrice qu’est le cancer, affirme Hugues St-Pierre, président, comité d’investissement communautaire de TELUS. C’est en offrant notre appui aux jeunes chercheurs de Rimouski que nous réussirons ensemble à améliorer la qualité de vie de nos proches tout en servant la communauté globale pour des décennies à venir. »

D’ici la fin de l’année 2008, le comité d’investissement communautaire de TELUS à Rimouski aura remis plus de 1,8 million de dollars à quelques 200 organismes locaux desservant un vaste territoire, soit de Sherbrooke jusqu’aux îles-de-la-Madeleine. Jusqu’à présent, de cette somme, 794 500 $ ont été donnés à 81 organismes servant la population du Bas-Saint-Laurent. Notons parmi ceux-ci les organismes locaux suivants :

  • L’Orchestre des jeunes du Québec maritime
  • CARREFOUR-RESSOURCES
  • Le Concours de Musique du Québec, section Rimouski-Gaspé
  • La Maison des jeunes de Rimouski
  • L’Atelier de travail jeunesse 01
  • Le Regroupement Acti-Familles
  • Re-Source Familles inc.
  • Ressource F.A.I.R.E
  • La Maison de la Famille du Témiscouata inc.
  • La Ressource d’aide aux personnes handicapées BSL/Gaspésie/Iles
  • Le Fonds de bienfaisance du Club Lion de Rimouski
  • Les Grands Amis de Rimouski
  • L’Association pocatoise des personnes handicapées
  • Moisson Rimouski-Neigette
  • Ressources Familles des Basques
  • La Fondation Rêves d’enfants
  • Le Musée régional de Kamouraska
  • Le Carrousel international du film de Rimouski
  • La Corporation du Musée régional de Rimouski
  • La Fondation des Jardins de Métis
  • Les Scouts du District de L’Orignal
  • Le Musée de la mer de Pointe-au-Père
  • La Fondation du Paul-Hubert
  • La Fondation Les Oiseleurs du Québec
  • ASTER
  • Mouvement d’Aide et d’INformation Sida Bas-Saint-Laurent
  • L’Association pocatoise des personnes handicapées
  • L’Association des personnes handicapées Kamouraska-Est
  • Le Village des Sources
  • L’Accueil maternité Rimouski
  • Le Centre-Femmes du Grand-Portage
  • L’Association Patrimoniale de St-Denis-de-la-Bouteillerie
  • La Fondation de l’École de musique du Bas-St-Laurent
  • L’Orchestre Symphonique de l’Estuaire
  • Le Programme leader Collège Ste-Anne-de-La-Pocatière
  • La Fondation du Centre Hospitalier Régional de Rimouski
  • La Fondation prévention du suicide du Bas-Saint-Laurent
  • L’Association de la déficience intellectuelle région Rimouski

Rappelons que les comités d’investissement communautaire de TELUS au Québec remettront 1,3 million de dollars, dont quatre dons de 50 000 $, aux collectivités locales cette année. Ils sont composés de chefs de file régionaux et de membres de l’équipe de direction de l’entreprise. Les membres du comité évaluent les demandes de dons reçues en accordant la priorité aux projets concernant les domaines des arts et de la culture, de l’éducation et du sport ou de la santé et du mieux-être. Les projets doivent également venir en aide aux jeunes ou faire une utilisation novatrice de la technologie. L’objectif des comités est d’accorder des dons aux projets et organismes qui ont un effet optimal dans les collectivités que TELUS dessert. Les organismes de bienfaisance enregistrés souhaitant soumettre une demande de financement pour un de leurs projets à un comité d’investissement communautaire de TELUS sont invités à le faire en tout temps par l’entremise du site telus.com/communautaire.

Le CRBM tient également à remercier La Société de développement de l’industrie maricole (SODIM), le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), Développement économique Canada (DEC) ainsi que le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation du Québec (MDEIE) pour leur appui financier au projet de recherche du CRBM.

À propos de la Fondation du Centre de recherche sur les biotechnologies marines
La Fondation du Centre de recherche sur les biotechnologies marines est un organisme de bienfaisance enregistré dont la mission vise l’avancement de la recherche reliée à la santé ainsi que l’éducation dans ce créneau. Cette mission est atteinte en soutenant des projets de recherche ciblant :

  • la prévention, le dépistage et le traitement du cancer ou de toutes formes de maladies à impacts socioéconomiques majeurs ;
  • les substances médicamenteuses ou les ingrédients naturels, particulièrement d’origine marine ;
  • des produits et procédés reconnus pour le bien-être de la personne.

Pour mener à bien ces recherches, la Fondation appuie l’achat et le maintien d’équipement hautement spécialisé. La Fondation supporte aussi la formation d’étudiants dans le domaine par des bourses de stage en recherche ainsi que la diffusion de résultats de recherche au bénéfice de la population. La création de la Fondation, initiative du CRBM, s’inscrit dans la poursuite de la stratégie du Québec maritime et de la Technopole Maritime du Québec. Elle est essentielle au positionnement de l’Est-du-Québec dans la valorisation et la communication des bienfaits pour la santé d’une biomasse marine nordique très diversifiée. Déjà, des retombées de la recherche sur le développement de produits à valeur ajoutée reliés à la prévention de certaines maladies tel que le cancer, sont prévisibles à moyen et long termes et ceci en lien avec le développement régional.

À propos de TELUS
TELUS (T et T.A à la Bourse de Toronto et TU à la Bourse de New York) est l’une des plus importantes sociétés de télécommunications au Canada, grâce à des produits d’exploitation annuels de 9,4 milliards de dollars et à 11,4 millions de connexions clients, dont 5,8 millions d’abonnés à des services sans fil, 4,3 millions de lignes d’accès pour réseau filaire et 1,2 million d’abonnés à des services Internet. TELUS offre une gamme complète de produits et de services de communication sans fil et filaire, notamment des services de transmission de données et de la voix, des services IP, et des services vidéo et de divertissement. Poursuivant son objectif consistant à donner dans les communautés, TELUS, les membres de l’équipe et les retraités ont versé 113 millions de dollars à de nombreux organismes caritatifs et sans but lucratif, et fait plus de 2,1 millions d’heures de bénévolat dans les communautés depuis 2000. En outre, TELUS a créé neuf comités d’investissement communautaire d’un bout à l’autre du pays, lesquels dirigent ses initiatives philanthropiques. Pour obtenir de plus amples renseignements sur TELUS, veuillez consulter le site telus.com.

Pour toute demande des médias, veuillez communiquer avec :

Amélie Hupé, MBA
Coordonnatrice des ressources humaines et des communications
CRBM
418-723-2726
information@crbm-mbrc.com
Stacey Masson
Relations médiatiques
Telus
514-977-8766
Stacey.masson@telus.com

Financement des organismes de développement

Le conservateur et ministre fédérale de l’Industrie, Lawrence Cannon, s’engage à assurer l’avenir du Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM).

M. Cannon a fait cette déclaration, vendredi matin, lors de son passage à Rimouski pour soutenir le candidat local du parti, Gaston Noël. L’avenir du centre de recherches rimouskois était devenu incertain après la décision du ministre responsable de Développement économique Canada de cesser de verser un financement récurrent aux organismes de développement économique.

Le financement des organismes de recherche comme le CRBM sera dorénavant assuré par le ministère de l’Industrie et du Commerce.

C’est un transfert de responsabilité et non un recul de la position conservatrice sur la question, soutient Jean-Pierre Blackburn. « Au niveau des organismes de recherche qui faisaient affaire avec notre ministère, on reconnaît qu’il y a là une difficulté qu’on doit tenter de régler », explique le ministre.

Jean-Pierre Blackburn avait été vivement critiqué par certains maires, dont ceux de Québec et de Rimouski, pour cette décision. Lawrence Cannon garantit maintenant qu’une solution a été trouvée: « Le financement des centres de recherche, ça appartient à Industrie. Alors oui, vous avez notre parole là-dessus. »

M. Cannon a toutefois tenu à défendre la position du ministre Blackburn et à expliquer pourquoi ce type d’aide a seulement été aboli au Québec. Il s’agit, selon M. Cannon, d’un exemple de fédéralisme flexible: « Il a fait une tournée, il a consulté le milieu et il a développé, il a adapté ses programmes à cette nouvelle réalité. »

M. Cannon, qui n’a pas laissé la parole au candidat conservateur de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, a profité de son allocution au Bas-Saint-Laurent pour rappeler le rôle de son gouvernement dans la réfection des quais des Escoumins et de Trois-Pistoles ainsi que dans la réfection du Colisée de Rimouski.

Source : (Radio-Canada)

Le ministre Laurent Lessard en tournée dans le Bas-Saint-Laurent

22 septembre 2008

Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec et député de Frontenac, M. Laurent Lessard, effectuera une tournée demain dans le Bas-Saint-Laurent, plus précisément dans la région de Rimouski.

Le Centre de transformation de la viande du Bas-Saint-Laurent à Saint-Gabriel de Rimouski

Le 23 septembre, le ministre Lessard sera à Saint-Gabriel-de-Rimouski pour procéder à l’inauguration officielle des travaux de construction du Centre de transformation de la viande du Bas-Saint-Laurent, dont la construction actuelle devrait être achevée à l’hiver. Le ministre profitera de sa visite pour annoncer la contribution financière du gouvernement du Québec à ce projet d’importance pour le développement économique et le rayonnement de la région.

Le Supermarché GP de Rimouski

Au cours de son passage dans la région, le ministre se rendra rencontrer la famille Pelletier, pionnière de l’entreprise Supermarchés GP inc. de Rimouski qui célèbre cette année le 50e anniversaire de sa fondation. La chaîne compte 15 supermarchés dans l’est du Québec, soit sept sous l’enseigne Supermarchés GP au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, trois Metro GP et cinq Metro Plus GP dans la région de Québec. La division alimentaire fait partie du Groupe GP inc. Une motivation profonde habite ces bâtisseurs, celle de mettre au point divers produits pour exploiter les ressources de la région. Mentionnons notamment Le Marché du terroir, Les Tentations du chef, Natur’Boeuf Bas-Saint-Laurent et Aki Sushi. Le ministre profitera d’ailleurs de sa visite de l’établissement pour y déguster certains de ces produits régionaux originaux qui cadrent parfaitement avec l’objectif qui anime l’actuelle campagne gouvernementale visant à privilégier les aliments d’ici.

Le Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM)

Le ministre se rendra également au Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM). Inauguré en 2004, le Centre constitue à l’heure actuelle l’une des plus belles réussites d’implantation d’une entité de recherche de pointe en région.

«Ces organisations constituent des exemples probants du savoir-faire, du dynamisme et de l’ingéniosité des gens d’ici. Je suis très heureux de pouvoir constater sur le terrain tous ces efforts de valorisation des produits régionaux qui contribuent à l’essor économique de la région», a déclaré le ministre Laurent Lessard.

Mettez le Québec dans votre assiette!

Rappelons que la vaste campagne promotionnelle qui bat son plein a pour objet d’inciter les consommateurs d’ici à choisir des aliments québécois et à faire de la provenance de ces produits un critère d’achat. Ce sont 14 millions de dollars en trois ans qui seront investis par le Ministère pour atteindre cet objectif.

Un accroissement des achats de produits québécois crée de la richesse dans l’ensemble des régions du Québec. A l’instar du Bas-Saint-Laurent, toutes les régions regorgent de produits et de fiers producteurs et transformateurs qui déjà font la promotion des aliments de chez nous et qu’il faut sans contredit encourager.

Source : (Le Gouvernement du Québec)

Bilan positif de la mission du maire de Montréal à Rimouski

4 septembre 2008

Le maire de Montréal, monsieur Gérald Tremblay dresse un bilan positif de la mission à laquelle il participait aujourd’hui, à Rimouski, en compagnie de la présidente de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, madame Isabelle Hudon ainsi qu’une vingtaine de gens d’affaires montréalais. À l’initiative de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain une série de rencontres ont été réalisées avec des dirigeants rimouskois du secteur des technologies de l’information et des communications (TIC) et du domaine maritime et des biotechnologies. Ces rencontres s’inscrivent dans le cadre des activités du 100e anniversaire de la Chambre de commerce de Rimouski-Neigette.

« Cette mission à caractère économique nous aura permis de créer une nouvelle complicité entre les deux villes. Les rencontres ont été très fructueuses et nous ont donné l’occasion de connaître de façon plus précise les domaines d’activités que nous avons en commun, telles que l’industrie maritime et les technologies de l’information et des communications. Je suis convaincu que ce nouveau partenariat permettra aux deux villes d’améliorer leur compétitivité dans un marché économique mondial de plus en plus concurrentiel », a déclaré le maire Gérald Tremblay.

L’objectif de cette journée d’activités était, entre autres, de démontrer qu’il est possible d’exploiter concrètement la complémentarité économique de deux villes comme véritable levier de création de richesse en favorisant le réseautage et la création de partenariats durables entre entreprises évoluant dans les mêmes secteurs d’activités. La journée de rencontre aura permis de signer un protocole de collaboration entre les deux chambres de commerce des deux villes. Les rencontres se poursuivront demain afin d’identifier plus concrètement les pistes de collaboration à exploiter.

Ainsi, M. Tremblay a profité de son passage pour visiter les institutions importantes de l’économie rismouskoise, comme son port, son université et son parc industriel et technologique, ainsi qu’une visite d’institutions de recherche de pointe comme le Centre de recherche en biotechnologie marine (CRBM) et les laboratoires de Océanova et Océan Nutrasciences. Des rencontres d’affaires ont également été tenues afin d’évaluer les opportunités de partenariats et de développement dans les domaines maritime et biotechnologique, industriel et des technologies de l’information.

« L’accueil et le déroulement des discussions d’aujourd’hui sont à l’image des relations que nous allons développer à partir de maintenant, à la fois chaleureuses et humaines. C’est en effet le talent et l’expertise d’ici que nous souhaitons faire découvrir aux entreprises montréalaises grâce à un nouveau protocole de collaboration et un échange bilatéral dynamique et fructueux entre les deux villes aux affinités multiples. Nous travaillerons à ce que de nouvelles portes s’ouvrent rapidement pour faire vivre à long terme cette belle complicité établie entre Montréal et Rimouski », a pour sa part ajouté Mme Hudon.

 

Renseignements: Lucie-Anne Fabien, ARP, Fellow SCRP, Service des communications et relations, (514) 872-6063

Source: Renée Sauriol, Cabinet du maire et du comité exécutif, (514) 872-4894

Le CRBM et Océanova Biotechnologies Inc. sont partenaires dans le développement d’une nouvelle méthode de production de peptides bioactifs à partir de biomasses marines

2 septembre 2008

Le Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM) et Les Biotechnologies Océanova Inc. sont heureux d’annoncer qu’une étape importante a été franchie dans le cadre d’un projet de recherche visant à développer une nouvelle méthode de production de peptides bioactifs à partir de biomasses marines. Le procédé novateur repose sur une technique d’hydrolyse enzymatique contrôlée couplée à des étapes de séparation/purification des peptides d’intérêt par filtration tangentielle. Le procédé développé conjointement en laboratoire et à l’échelle pilote par les équipes du CRBM et d’Océanova est déjà utilisé à l’échelle industrielle pour produire des peptides bioactifs actuellement commercialisés comme ingrédients nutraceutiques. Le budget de réalisation du projet est de 104 000 $ et est assumé par Les Biotechnologies Océanova Inc., le CRBM, le Ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE) et du Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). Rappelons que le CRBM est un organisme de développement de l’innovation en biotechnologies soutenu par Développement économique Canada (DEC) et le MDEIE.

Grâce à ce projet, la méthode de production de peptides bioactifs développée permettra d’obtenir ce type de molécules d’intérêt à haute valeur ajouté à partir de différentes biomasses marines majoritairement composées de coproduits issus de la première transformation d’espèces commercialement exploitées. Cette approche permet donc de valoriser de façon importante des résidus de biomasses marines et ainsi de participer à la consolidation du secteur des pêcheries et de la première transformation des produits marins.

Rappelons que les Biotechnologies Oceanova Inc. a pour mission d’identifier, développer, fabriquer et commercialiser des ingrédients actifs afin de répondre aux besoins des marchés des nutraceutiques et des cosméceutiques. L’expertise d’Océanova permet de combler rapidement et efficacement l’écart entre la découverte d’un ingrédient actif novateur et le marché en maximisant la création de valeur et en minimisant les risques tout au long des différentes étapes de développement. Océanova détient aujourd’hui un portefeuille de plus de quinze ingrédients actifs commercialisés à l’échelle internationale.

Le CRBM est un centre de recherche et de transfert technologique situé à Rimouski. Il est le fruit d’une concertation et d’un partenariat actif depuis plus de cinq ans entre l’Association du cancer de l’Est du Québec (ACEQ), l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et son Institut des sciences de la mer (ISMER), ainsi que les principaux acteurs socio-économiques du Québec maritime, dont DEC, le MDEIE, le MAPAQ, la Ville de Rimouski, la Caisse populaire Desjardins de Rimouski et Hydro-Québec. En conformité avec la stratégie québécoise de développement des ressources, sciences et technologies marines, le CRBM s’inscrit dans une volonté des acteurs du Québec maritime de compléter le potentiel de recherche par le transfert des connaissances des institutions vers l’industrie régionale. Le présent partenariat est un exemple concret des retombées régionales visées.

Sources :

Guy Viel, M. Env. Ph.D Alain Guillou, Ph.D.
Directeur général Directeur – Transfert et valorisation
Centre de recherche sur les biotechnologies marines Centre de recherche sur les biotechnologies marines
418 723-2726, poste 105 418 723-2726, poste 151
www.crbm-mbrc.com www.crbm-mbrc.com

Le CRBM et Premier Tech sont partenaires dans le développement d’une nouvelle méthode de quantification

21 juillet 2008

Le Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM) et Premier Tech sont heureux d’annoncer qu’une première étape importante à été franchie dans le cadre d’un projet de recherche visant à développer une nouvelle méthode de quantification des mycorhizes pour l’agriculture et l’horticulture. Ce procédé novateur reposera sur la technique génétique de réactions en chaîne par polymérase en temps réel. Pour différentes applications, cette nouvelle technologie permet une mesure plus spécifique et plus sensible des mycorhizes. Le budget de réalisation du projet est de 116 000 $ et est assumé par Premier Tech, le CRBM et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Rappelons que le CRBM est un organisme de développement de l’innovation en biotechnologies soutenu par Développement économique Canada et le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation.

La méthode développée grâce à ce projet permettra d’effectuer des analyses de contrôle plus rapides et plus efficaces afin de garantir des produits toujours de plus haute qualité. À ce jour, les méthodes employées sont laborieuses et limitantes. Le développement d’une nouvelle technique plus performante constitue donc un élément clé pour l’essor de l’industrie des inoculants mycorhiziens au Canada et ailleurs dans le monde.

Premier Tech est une entreprise canadienne d’envergure internationale dont le siège social est situé à Rivière-du-Loup. Elle commercialise entre autres des produits destinés aux marchés agricole, horticole et environnemental. En réponse à la réglementation de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et du ministère de l’Environnement ainsi qu’à la demande grandissante pour des produits plus naturels, Premier Tech développe sans cesse de nouvelles approches biotechnologiques pour offrir des produits à valeur ajoutée favorisant entre autres la croissance des plantes. Premier Tech est reconnue comme un chef de file en matière de production et de commercialisation de produits horticoles à base de tourbe de mousse de sphaigne et d’inoculants mycorhiziens.

Le CRBM est un centre de recherche et de transfert technologique situé à Rimouski. Il est le fruit d’une concertation et d’un partenariat actif depuis plus de cinq ans entre l’Association du cancer de l’Est du Québec, l’Université du Québec à Rimouski et son Institut des sciences de la mer, ainsi que les principaux acteurs socio-économiques du Québec maritime, dont Développement économique Canada (DÉC), le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation du Québec (MDEIE), le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), la Ville de Rimouski, la Caisse populaire Desjardins de Rimouski et Hydro-Québec. En conformité avec la stratégie québécoise de développement des ressources, sciences et technologies marines, le CRBM s’inscrit dans une volonté des acteurs du Québec maritime de compléter le potentiel de recherche par le transfert des connaissances des institutions vers l’industrie régionale. Le présent partenariat est un exemple concret des retombées régionales visées.

Sources :

Guy Viel, M. Env. Ph.D
Directeur général
Centre de recherche sur les biotechnologies marines (www.crbm-mbrc.com)
418 723-2726, poste 116

Lynn Maurais
Directrice Bureau corporatif
Premier Tech (www.premiertech.com/)
418 867-8883 poste 6336

Le CRBM et InSymbiosis Discovery Inc. établissent un partenariat

15 juillet 2008

Le Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM) et InSymbiosis Discovery vous informent de la signature d’un accord pour la mise en oeuvre d’un partenariat « joint venture » visant la création d’une nouvelle corporation à Rimouski et la poursuite du développement du produit CRBM-0153.

Le CRBM-0153 est le premier produit d’une vaste famille de molécules d’origine marine issues de la recherche interne du CRBM et protégées par brevets. Quelques applications potentielles du CRBM-0153 ciblent la prévention du cancer, la santé cardiovasculaire et l’inflammation. Les marchés visés sont les additifs alimentaires, le nutraceutique et le pharmaceutique.

InSymbiosis est une compagnie canadienne basée à Montréal : leader reconnu dans son domaine, InSymbiosis fournit des services personnalisés dans la découverte et le développement de médicaments thérapeutiques. Dr Dean Wenham, président et directeur général d’InSymbiosis, précise que « la mission de la compagnie comprend deux volets : d’une part, devenir un fournisseur de services incontournable dans le développement de médicaments et dans la gestion des projets qui lui sont attachés et, d’autre part, utiliser ses capacités existantes pour développer des molécules thérapeutiques uniques et ainsi alimenter le réseau interne de projets. Dans le cadre du développement du CRBM-0153, notre partenariat avec le CRBM représente pour nous une excellente opportunité pour accroître notre réseau des projets et nous permettre, à court et à long terme, de générer des revenus par le développement de produits utilisables aussi bien sur le marché pharmaceutique que sur celui du nutraceutique. » Guy Viel, directeur général du CRBM, souligne « que ce nouveau partenariat s’inscrit dans la mission première du CRBM. Le CRBM contribue au développement des biotechnologies marines et au transfert de ces technologies vers les entreprises par la réalisation de travaux au sein de différents domaines d’intervention. Le CRBM vise la réalisation d’une recherche et développement orientée en biotechnologies marines ainsi que le développement de ce secteur économique en encourageant l’attrait, le développement et la création d’entreprises. »

Au sujet du CRBM

Le CRBM est le fruit d’une concertation et d’un partenariat actif depuis plus de cinq ans entre l’Association du cancer de l’Est du Québec, l’Université du Québec à Rimouski et son Institut des sciences de la mer ainsi qu’avec les principaux acteurs socio-économiques du Québec maritime, dont Développement économique Canada (DÉC), le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation du Québec (MDEIE), le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), la Ville de Rimouski, la Caisse Desjardins de Rimouski et Hydro-Québec. En accord avec la stratégie québécoise de développement des ressources, sciences et technologies marines, le CRBM s’inscrit dans une volonté des acteurs du Québec maritime de compléter le potentiel de recherche par le transfert des connaissances des institutions vers l’industrie. Le présent partenariat est un exemple concret des retombées visées !

À propos d’InSymbiosis Discovery

InSymbiosis est une compagnie de services basée à Montréal qui se spécialise dans la recherche et la découverte de médicaments en stade pré-clinique. InSymbiosis a su développer un paradigme unique dans le domaine du développement de médicaments, basé sur un juste équilibre entre une recherche de très haute qualité effectuée au Canada, à un moindre coût, et un développement innovateur des outils et des ressources. La clé du succès du modèle d’InSymbiosis réside dans une utilisation efficace de ses ressources en gestion des projets et des programmes, ce qui lui permet une planification et une exécution efficace de ses programmes pré-cliniques. InSymbiosis ouvre aujourd’hui son modèle d’affaires à des programmes de partenariats ou « joint ventures » ce qui permet à la compagnie d’accroître sa source de revenus à moyen-long terme. Vous pouvez trouvez plus d’informations sur les services et le modèle d’InSymbiosis sur www.insymbiosis.com.

Sources :

Guy Viel, M. Env. Ph.D
Directeur général
Centre de recherche sur les biotechnologies marines (www.crbm-mbrc.com)
418 723-2726 poste 105

Dean Wenham, Ph.D.
Président et chef de la direction
InSymbiosis Discovery Inc.
514 807-9315

CRBM, plus de 150 projets en quatre ans

14 juillet 2008

Depuis son lancement il y a quatre ans, plus de 150 projets ont été réalisés par le Centre de recherche en biotechnologies marines de Rimouski (CRBM) pour une soixantaine de clients de l’Est du Québec, du Canada et de pays étrangers.

Parmi ceux-là, un premier produit, issu des recherches internes du CRBM, devrait être mis en marché à court et moyen terme dans la catégorie des suppléments alimentaires naturels préventifs contre le cancer. Les dépôts de brevet ont déjà été effectués pour le CRBM 153.

«Nous sommes en phase de pré-démarrage en partenariat avec une compagnie pour une mise en marché d’ici deux ans. Il faut maintenant faire une production pilote pour ce produit qui est sorti de nos laboratoires. C’est un bel exemple de l’importance d’un centre comme le CRBM dont les frais de fonctionnement sont directement productifs et opérationnels pour donner des résultats concrets», précise Guy Viel, directeur général du CRBM.

Le centre rimouskois axe ses recherches autour des molécules bioactives des eaux froides de l’estuaire du Saint-Laurent qui ont de fortes propriétés anticancérigènes, immunostimulantes et antibactériennes.

Des entreprises louent des locaux au CRBM, que ce soit ABK Gaspésie, Biotechnologies Océanova ou Neutrocéan, une entreprise de micro-algues vendues sous forme de concentrés liquides destinés à des écloseries de poissons ou de mollusques ou à aquariums dont celui de New York et de Québec.

Le Centre compte sur un laboratoire de niveau de confinement certifié par les agences gouvernementales, lui permettant de travailler avec des micro-organismes pathogènes en toute sécurité et une licence d’établissement de Santé Canada pour des travaux en mode de bonnes pratiques de laboratoire.

Le CRBM offre des services de location d’équipements et de laboratoires spécialisés, des services d’études de préfaisabilité, de R et D tests et essais, procédés et produits et de transfert technologique et de valorisation de la biomasse.

Le centre de recherche, qui a été fondé sous l’initiative de l’Association du cancer de l’Est du Québec (ACEQ) et de l’Institut des scien­ces de la mer de Rimouski, est l’une des composantes de la Technopole maritime du Québec.

Sources :
Internet : leSoleil – Cyberpresse
Archive : Journal leSoleil

Alain Guillou, un pionnier dans les biotechnologies marines

14 juillet 2008

Le jeune Montréalais Alain Guillou était loin de se douter, lors de son adolescence à Pointe-Saint-Charles, dans le sud-ouest de Montréal, qu’il allait devenir un pionnier dans le développement des entreprises en biotechnologies marines dans l’Est du Québec.

Encore moins qu’il allait démarrer sa carrière de chercheur… comme homme d’affaires, cofondateur d’ABK-Gaspésie, avant de travailler pour le Centre de recherche­­­­­­­ sur les biotechnologies marines de Rimouski (CRBM), où il occupe depuis 2005 le poste de directeur du centre de transfert technologique, dont l’une des missions est… d’aider au démarrage de nouvelles entreprises!

«Quand j’étais jeune, je voulais être médecin, puis éducateur physique, mais j’ai toujours été attiré par la biologie animale», se rappelle Alain Guillou.

Un poste qui, s’il avait existé il y a une quinzaine d’années, aurait rendu bien plus facile la création de PME dans ce secteur.

«Quand j’ai terminé mon doctorat en France, je suis revenu au Québec. Un contact à l’UQAR, Michel Khalil, avait un projet de recherche d’extraction des pigments des résidus de crevettes et avait besoin d’un postdoc dans ce domaine. On était, dans mon créneau en recherche fondamentale, une dizaine dans le monde, au Japon, en Australie, en Norvège. Après, il y a eu les grandes coupures des gouvernements et les universités n’engageaient plus. J’ai fait des contrats, entre autres, en Indonésie, en élevage de crevettes…», raconte Alain Guillou.

Au milieu des années 90, Alain Guillou se lance en affaires avec trois professeurs pionniers à l’Université du Québec à Rimouski, Pierre Blier, Dany Pelletier et Marcel Lévesque, dans Aqua-BioKem BSL, puis ABK-Gaspésie, spécialisée dans la valorisation des coproduits issus de la première transformation de la crevette nordique pouvant être commercialisée dans les marchés agroalimentaires et cosmétiques.

Le démarrage de cette entreprise en biotech n’a pas été facile. Tout était à faire.

«J’ai appris à la dure, sur le terrain, pour mettre au point avec d’autres chercheurs un tout nouveau procédé pour récupérer plusieurs produits de la même biomasse : lipides, pigments, chitine, protéines qui ont une valeur ajoutée. Nos premiers bailleurs de fonds nous regardaient avec un drôle d’air… Il n’y avait rien à cette époque dans le traitement de résidus de la biomasse marine. Il y avait des choses en Asie et au Japon. L’Europe débutait…»

«On s’est promené avec nos carapaces de crevettes congelées entre Saint-Hyacinthe, Shawinigan, l’Université Laval à Québec et Gaspé. On a fait notre usine pilote au MAPAQ, à Gaspé, durant un automne à l’hiver suivant en louant un petit appartement semi-meublé. Fin de l’année 1999, on s’est installé à Matane. On est parti à zéro avec un procédé qui roulait au bout des trois ans.»

La partie la plus difficile a été la commercialisation. «Je me souviens, dans les salons internationaux aux États-Unis ou en Europe, on n’avait pas de kiosque et je me promenais avec mes échantillons visiter des kiosques de clients potentiels. Puis, je suis allé relever le défi du CRBM et j’ai vendu mes actions.»

Sources :
Internet : leSoleil – Cyberpresse
Archive : Journal leSoleil (affaires

Le CRBM annonce le lancement de son nouveau site internet

27 juin 2008

Le Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM) vous informe avec fierté du lancement de son nouveau site web. Ce nouveau site a été mis sur pied dans le but de favoriser la diffusion de la croissance des activités au CRBM. Ainsi, il sera plus facile pour la clientèle et les partenaires de se renseigner sur les services offerts ainsi que de découvrir les derniers développements du CRBM.

Désormais, le visiteur pourra consulter l’offre de services et le développement effectué dans chacun des grands départements du Centre soit :

  • Services et développement analytique
  • Extraits et dérivés bioactifs
  • Propriétés fonctionnelles
  • Niveau de confinement 3
  • Procédés d’extraction et de conditionnement
  • Liaison et transfert
  • Services de soutien à l’entreprise

Nous vous invitons à le consulter au www.crbm-mbrc.com et à y retourner régulièrement pour prendre connaissance des nouvelles les plus récentes du CRBM.