Deux centres de recherche rimouskois impliqués dans un projet de recherche industrielle

Julien Dugas (CRBM), Karine Lemarchand et Michel Gosselin (UQAR-ISMER), Élodie Brazeau, Jean-Michel Girard, Marie-Pier Forest, Amine Badri et Laurence Émond (CRBM), Steve Teasdale et Corine Lafrance (InnuScience Canada)

Rimouski, 8 juillet 2019 – Le Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM) et l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) participent conjointement à la réalisation d’un projet de recherche industrielle en biotechnologies marines.

L’objectif principal de ce projet, d’une durée de trois ans, est de valoriser la bioressource du système marin du Saint-Laurent afin de mettre à la disposition de deux partenaires industriels, InnuScience Canada et la nano-brasserie Brett et Sauvage, de nouvelles souches de microorganismes, d’origine marine, actives en eau salée et à basse température.

Ce projet d’une valeur de 865 000 $, totalise un investissement de 565 000 $ provenant du Consortium de recherche et innovation en bioprocédés industriels du Québec (CRIBIQ) pour une contribution de 225 000 $, du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) pour 220 000 $ ainsi qu’un financement privé total de 120 000 $ des deux partenaires industriels. À ces investissements s’ajoute également une contribution en nature d’une valeur de 300 000 $ provenant des partenaires industriels.

Les chercheurs impliqués dans ce projet sont Amine Badri et Jean-Michel Girard, du CRBM, et Michel Gosselin et Karine Lemarchand, de l’UQAR-ISMER. Ce projet crée également une opportunité pour une étudiante à la maîtrise en océanographie et une chercheuse au post-doctorat de poursuivre leurs études de cycles supérieurs à l’UQAR-ISMER en participeront activement aux activités de recherche dans le cadre du projet.

Essentiellement, les travaux effectués consisteront en un enrichissement sélectif d’échantillons d’eau de mer et de sédiments marins en vue de favoriser la croissance de microorganismes d’intérêt. Ces microorganismes seront ensuite caractérisés pour sélectionner ceux présentant un fort potentiel pour les applications commerciales visées par chacun des partenaires industriels.

Citations

« Les microorganismes actuellement exploitées par l’industrie dans les secteurs de la fermentation, du traitement des eaux et des produits nettoyants écologiques, proviennent essentiellement de milieux terrestres ou d’eau douce. Bien que les milieux marins soient reconnus comme une source intéressante de nouvelles biomolécules actives, ces milieux restent encore peu exploités dans les secteurs des biotechnologies impliquant l’usage d’organismes microbiens vivants et actifs. »

Karine Lemarchand, professeure, UQAR-ISMER

« La disponibilité de certains types de microorganismes marins permettra de proposer des produits novateurs, basés sur la microflore naturelle du système marin du Saint-Laurent, dans les secteurs du traitement des eaux, des produits nettoyants « verts » et de la fermentation brassicole. »

Jean-Michel Girard, chercheur – Microbiologie industrielle, au CRBM

« Les outils de la génomique et de la métagénomique se développent fortement au niveau des biotechnologies par leur mise en application dans différents secteurs de marché.  Le partenariat du CRBM et de l’UQAR-ISMER dans la niche spécialisée des microorganismes marins et nordiques constituent ici une opportunité de développement unique et sans précédent de l’usage de la génomique. »

Amine Badri, directeur – Science et innovation, CRBM

« L’estuaire du Saint-Laurent regorge de beauté et de biodiversité. L’exploration de ses ressources microbiennes représente une opportunité inégalée qui pourrait contribuer au développement de nouvelles solutions biotechnologiques. »

Steve Teasdale,  directeur général, Vice-président, Affaires scientifiques, InnuScience

« On fait ces recherches afin d’isoler des levures Brettanomyces, des bactéries lactiques et acétiques qui donneront une signature unique à notre produit. Notre première mission chez nous est d’être complètement indépendant au niveau des  ferments. »

Francis Joncas, co-propriétaire, Brett et Sauvage

Faits saillants

CRBM

Au Québec, le CRBM est un acteur clé du développement des biotechnologies marines. Le CRBM est soutenu financièrement par Développement Économique Canada (DEC), par le Ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) et par le Ministère des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

UQAR-ISMER

L’UQAR-ISMER est le plus important institut francophone de recherche universitaire en océanographie au Canada. Reconnu mondialement pour l’excellence de ses formations et des travaux de recherche effectués par son équipe de chercheuses et de chercheurs, l’Institut des sciences de la mer de Rimouski compte une vingtaine de professeurs-chercheurs et une cinquantaine de professeurs associés.

Brett et Sauvage

La mission de Brett et Sauvage est de produire des bières sans aucune levure commerciale. Leur but est de mettre en marché des bières spontanées et d’explorer d’autres méthodes de fermentation à travers les ressources fermentes cibles du terroir gaspésien.

InnuScience Canada

Fondée en 1992, la compagnie InnuScience Canada est spécialisée dans la recherche et le développement, la fabrication et la commercialisation de produits  biotechnologiques de haute performance pour les secteurs du nettoyage professionnel et du traitement des eaux usées.

-30-

Sources : 
Guy Viel

Directeur général

CRBM

Courriel : guy_viel@crbm-mbrc.com

Tél : 418 723-2726, poste 105

 

Karine Lemarchand

Professeure

UQAR-ISMER

Courriel : karine_lemarchand@uqar.ca

Tél : 418 723-1986, poste 1259

 

%d blogueurs aiment cette page :