Le président exécutif de BioMarine, un événement qui réunira 260 acteurs mondiaux du développement de l’économie bleue à Rimouski du 1er au 3 octobre, Pierre Erwes, explique les objectifs d’un tel événement et pourquoi il a lieu pour une première fois au Québec à Rimouski.

Publicité

M. Erwes explique qu’il s’agit d’un événement international qui réunit trois types d’acteurs, les dignitaires et chefs d’États, les entrepreneurs et les investisseurs, tous intéressés par l’économie bleue : « L’objectif derrière l’événement est de mettre en contact de façon optimale tous ces acteurs internationaux, 28 pays sont représentés à Rimouski. »

Depuis 2008, cet événement international a eu lieu dans plusieurs endroits du globe, de Nantes au Portugal en passant par les États-Unis ou la Norvège: « Avant de choisir un endroit, on identifie les pays qui ont la volonté de développer une stratégie bleue. Cela fait trois ans que nous travaillons en amaont de l’événement. On aime bien Rimouski, ici on a beaucoup d’amis, comme le Centre de rechreche sur les biotechnologies marines (CRBM), la Société de promotion économique Rimouski-Neigette (SOPER), Merinov (en Gaspésie), il y a aussi pas mal de producteurs. Vous allez au fin fond de l’Alaska, en Australie, les gens connaissent Rimouski et Guy Viel (le directeur du CRBM), on sait qu’il y a des centres de qualité mondiale ici. »

Une première entente signée

Déjà, une première entente a été signée en marge de BioMarine 2017 : « Le CRBM de Rimouski va signer un accord avec une entreprise de Monaco, la société Lagosta, première société au monde à avoir complété le cycle de reproduction des langoustes royales. Ils utilisent les mues pour extraire une molécule servant à la chimiothérapie, à des applications cosmétiques et pour le papier également. »

Il ajoute que Rimouski a également été choisie dans un désir de sortir des grands centres urbains : « Le Québec est une terre vaste, il ne peut pas y avoir seulement un centre et un jour, il faudra s’intéresser aux ressources de l’Arctique. Ce n’est pas anodin qu’on soit ici, c’est aussi un bon exemple pour les autres villes au Québec qui vont se dire : « on existe en dehors de Montréal ». Car une économie centralisée de nos jours est une économie fragile et l’emploi en région est essentiel dans la stratégie québécoise. »

Un centre appelé à grossir

M. Erwes croit que Rimouski est un centre appelé à grossir et s’enrichir autour de l’économie bleue : « Le Québec va devenir un vrai « eldorado bleu » et Rimouski est une des plaques tournantes de tout ce qui est croissance bleue. Je vois des partenariats avec les provinces connexes telles que la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, qui dépassent cadre du protectionnisme provincial pour fédérer les biomasses en ayant des niveaux de produit permettant de faire des investissements co-provinciaux, d’ici moins de cinq ans. »

M. Erwes explique que beaucoup d’entreprises sont intéressées par le potentiel du Québec : « Le Québec est encore une terre inexploitée du point de vue des ressources marines, avec plein de richesses. Et on a besoin de transfert de technologies extérieures, norvégienne européenne, mexicaine, et de faire travailler les centres de recherches comme le CRBM, qui sont excellents, avec les entreprises locales qui sont excellentes dans ce qu’elles font pour les faire monter dans la chaîne de valeurs. »

Le promoteur de BioMarine explique que deux valeurs-clés sont inhérentes à l’économie bleue : « Elle doit être durable, c’est une économie circulaire et non polluante où on ne va récolter que ce que l’on peut produire, de manière non dévastatrice. Et l’autre valeur-clé est la création d’emploi localement, du personnel qui monte dans la chaine de valeur. »

BioMarine 2017 se déroulera du 1er au 3 octobre à l’Hôtel Rimouski. Informations : http://www.biomarine.org/rimouski2017/

 

Source : Adeline Mantyk, Journal L’Avantage, 21 septembre 2017

http://www.lavantage.qc.ca/actualites/2017/9/21/–rimouski-est-une-des-plaques-tournantes-de-tout-ce-qui-est-cro.html